mercredi 10 avril 2013











" Je crois qu'il y a quelque chose d'effrayant dans ma façon de courir, la tête rejetée en arrière, les dents serrées, les coudes pliés au maximum et les genoux qui viennent presque me frapper au visage. Et j'ai souvent rattrapé de plus rapides que moi grâce à cette façon de courir. On s'arrête et on m'attend, plutôt que de faire prolonger à ses trousses un déchaînement si horrible. "

                                      
                                                    Samuel Beckett, " Molloy ", Éditions de Minuit, Paris 1951



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire