mardi 30 avril 2013




Abû Nuwâs




La baigneuse


                              Furtive elle ôte sa chemise et s'arrose d'eau
                     Par excès de pudeur sa joue éclôt       
                       Elle accueille nue la brise juste et fluide
 Allure plus subtile que l'air
                  Elle tend le creux de sa main comme
               Empli d'eau vers une vasque pleine
                 Et quand elle croit avoir fini et pense
           Vite prendre habit elle en voit un
                 Aux aguets qui la contemple de près
                              Elle couvre sa clarté du noir de sa chevelure
      Et l'aurore recule dans la nuit
                     Et goutte à goutte l'eau tombe sur l'eau



                                                       Abû Nuwâs, La Baigneuse, dans A. Meddeb, PHANTASIA, Seuil, "Points", 2004, trad. A. Meddeb




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire