mercredi 13 mars 2013







 Sonnet écrit en 1896 par Mallarmé en l'honneur de Verlaine et publié dans La Revue Blanche en 1897. L'hommage rendu au poète défunt touche au sublime.



TOMBEAU

      Le noir roc courroucé que la bise le roule
  Ne s'arrêtera ni sous de pieuses mains
                Tâtant sa ressemblance avec les maux humains
              Comme pour en bénir quelque funeste moule.

      Ici presque toujours si le ramier roucoule
    Cet immatériel deuil opprime de maints
    Nubiles plis l'astre mûri des lendemains
     Dont un scintillement argentera la foule.

      Qui cherche, parcourant le solitaire bond
  Tantôt extérieur de notre vagabond —
              Verlaine ? Il est caché parmi l'herbe, Verlaine

        À ne surprendre que naïvement d'accord
       La lèvre sans y boire ou tarir son haleine
             Un peu profond ruisseau calomnié la mort. 

                                               Stéphane Mallarmé, Oeuvres complètes, Paris, Gallimard

 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire