mercredi 15 décembre 2010

FLANNERY O'CONNOR. Le loup rouge


" Je viens d'une famille qui considère que la seule émotion digne d'être manifestée est l'irritation. Chez certains, elle provoque de l'urticaire, chez d'autres, une vocation littéraire. Chez moi, ce fut les deux." Flannery O'Connor



FLANNERY O'CONNOR


                         Considérée comme l'un des plus grands écrivains du Sud américain, Flannery O'Connor est l'auteur de deux romans, trois recueils de nouvelles, un essai, des lettres. Les éditions Gallimard, en publiant ses oeuvres complètes, en collection Quarto, lui rendent un hommage mérité.

  
                          Flannery O'Connor était profondément attachée à sa Géorgie natale et à la ferme familiale d'Andalusia, située près de Milledgeville, où elle vivait entourée de paons et d'oies. Elle lisait Pascal, appréciait Simone Weil et Edith Stein, aimait James et Conrad. Atteinte d'un mal incurable, le lupus érythémateux, qu'elle appelait "le loup rouge", la jeune femme disparaissait en 1964, à l'âge de trente neuf ans. Malgré la souffrance et les séjours à l'hôpital Piedmont d'Atlanta, Flannery O'Connor ne perdit jamais son sens de l'humour :

"
Je dois, écrivait-elle dans une lettre de 1958, mon existence et ma joie de vivre aux glandes pituitaires de milliers de cochons quotidiennement égorgés à Chicago. Si les cochons portaient des robes, je ne serais pas digne d'en baiser l'ourlet. Depuis sept années ils se sacrifient pour moi !"







L'écriture complexe et exigeante de Flannery O'Connor est une "écriture superbement calculée" selon les mots de Michel Grasset, qui allie avec talent poésie, épigramme et humour au vitriol.  




K. Khalil
  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire