mercredi 1 décembre 2010

ADONIS. " DISPARAÎTRE, VOILA LE GRAND DEFI"

Né en 1930 en Syrie, naturalisé libanais, Adonis, de son vrai nom, Ali Ahmad Saïd Esber, publie ses premiers poèmes à l'âge de 17 ans. Poète engagé, exilé à Paris (il a reçu le prix Spiros Vergos pour la liberté d'expression), traducteur en arabe de Baudelaire, Henri Michaux, Yves Bonnefoy, Pierre-Jean Jouve  et Saint-John Perse, il est l'auteur d'une oeuvre considérable : La Terre a dit (1954), Feuilles dans le vent (1957), Chants de Mihyar le Damascène (1983), Préface de Guillevic, ed. Sindbad/Actes Sud, Mémoire du vent, Poésie/Gallimard, Tombeau pour New York (1971). En 1983, la traduction en français de ses écrits marquera pour lui le début de sa reconnaissance mondiale. Célébré par Guillevic et Enrique Vila-Matas, Adonis est aujourd'hui considéré comme l'un des plus grands poètes arabes. Dans cet article, l'extrait d'un poème de Guillevic, une évocation par Vila-Matas (revue Inculte) et un poème d'Adonis. 

                                 Si le chant
                                 N'épouse pas le silence,
                                 Alors il n'est pas.

                                 Peux-tu parler du chant
                                 Toi qui mets le silence
                                  Au dessus de tout?

                                 Oui, seul
                                 Peut apprécier le chant

                                 Celui qui confie
                                  Sa joie au silence.

                                  Seul celui-là
                                  Sait peser le chant
                                                                Guillevic, 12 chants pour Adonis




Enrique Vila-Matas
                                    
                                             " TOUS CES MORTS QUI M'ENTOURENT, Où LES ENTERRER, SI CE N'EST DANS LE LANGAGE ? " interroge Adonis, le poète syrien que j'ai découvert longtemps après la fin de mon expérience rue Vanneau. J'ai appris un jour, par hasard (comme tout ce qui m'arrive avec la Syrie), l'existence de ce poète et je me suis mis à le lire. Né en 1930 à Qassabine, au nord du pays, il évoque, dans un de ses meilleurs poèmes, les gens qui passent leurs habits du lendemain et les trouvent trop étroits. Moi aussi je trouve mes vêtements futurs trop étroits, me suis-je dit alors que le train à grande vitesse entrait lentement dans la gare de Ciudad Real ; je constatais qu'après avoir réussi à fuir mes interrogations sur ce que j'allais raconter le soir même dans l'île de La Cartuja, j'avais fini enchevêtré dans la trame complexe du monde de Sebald, le monde de l'extinction et de l'écriture. Il semblait que le thème de la disparition m'était bien plus propice que celui de la relation entre réalité et fiction.Et donc, même si je pouvais me tromper, je décidai qu'au fond c'était elle, la Disparition, le seul et unique centre de mes obsessions du jour et que c'était autour d'elle que devrait se construire mon intervention du soir à Séville.


Mais que pouvais-je dire de la disparition? Eh bien que j'en avais assez, comme le poète syrien Adonis, de l'étroitesse de mes vêtements de demain et de ne jamais pouvoir disposer de quoi que ce soit lorsqu'il s'agit d'exprimer ma vie, à part ma mort et ma disparition. Mais tout cela n'était que des mots, de la littérature. Je décidai soudain que je devais arrêter de tourner autour du pot et disparaître moi-même. Disparaître, voilà le grand défi. Il ne fallait pas oublier que Kafka disait qu'être infiniment petit était la perfection même. Mais comment arriver à être infiniment petit au point de disparaître tout à fait? Cela n'avait pas l'air simple. Comme le journal de bord du Sailor's Reading Room, personne ne s'en va complètement, me dis-je. Il me semble alors qu'une disparition absolue était impossible et que, si c'était vrai, il était clair que ce qui avait été source de joie et d'espoir pour Sebald devenait pour moi tout spécialement angoissant."
                                   
                                    Enrique Vila-Matas, Consternation, sur Sebald, Revue Inculte.                                            Traduit de l'espagnol par Mathias Enard




                                                 Les poètes
                                                 
                                                 Nulle part, eux : ils portent la tiédeur
                                                 Dans le corps froid de la terre, ils forgent
                                                 A l'horizon ses clés.


                                                  Ils n'ont laissé
                                                  Ni père ni foyer
                                                  Pour leurs légendes


                                                  Ils les ont écrites
                                                  Comme le soleil écrit son histoire


                                                  Nulle part.
                                                           Adonis ( Chawki Abdelamir et Serge Sautreau)


                                       

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire